Ce que va changer la gestion communautaire des services urbains



Publié dans l'épisode n°2 - La gestion des services urbains le Mercredi 18 mars 2009.
photo

Une même qualité de service pour tous

Dès les années 1970, la prise en main des services urbains par la “Courly” va donner lieu à des progrès concrets pour la qualité de vie des habitants. Trois grands principes vont guider la gestion communautaire : égalité, adaptation, économie.

En raisonnant à l’échelle d’agglomération, la Communauté Urbaine va en effet contribuer à homogénéiser la qualité de l’infrastructure et des services offerts aux habitants. En même temps, les services communautaires vont rapidement faire la démonstration d’une vraie capacité d’adaptation à la diversité du territoire, en étant à l’écoute des demandes communales. La gestion d’agglomération va aussi permettre de dégager des économies d’échelles que ne permettait pas l’isolement communal d’antan.



Présentation des services urbains communautaires au début des années 1970

Source : Images d’archives réalisées par la Compagnie lyonnaise de Cinema/Les films du plateau pour les services des relations extérieures de la Courly.



Témoignage de Claude MANSAT : “La Communauté Urbaine va permettre d’harmoniser les prestations offertes aux habitants de l’agglomération”

Claude MANSAT : entre à la Communauté Urbaine en 1970 - Ingénieur subdivisionnaire au service de la propreté jusqu’en 1978 – Responsable de l’usine d’incinération de Gerland jusqu’en 1985 – Responsable de la station d’épuration de Pierre-Bénite jusqu’en 1989 – Responsable de l’ensemble des stations d’épuration jusqu’en 1999 – Responsable du service circulation de la direction de la Voirie



Témoignages de Jean-Pierre BUE et Gérard CAVIGLIA

Jean-Pierre BUE : entre à la Communauté Urbaine en 1970 - Ingénieur subdivisionnaire au service de l’assainissement jusqu’en 1978 – Responsable de la subdivision électromécanique au sein du service de l’assainissement jusqu’en 1984 – Responsable du service assainissement jusqu’en 1990 – Directeur de l’eau (adduction et assainissement) jusqu’en 1997 – Directeur de la propreté jusqu’en 1999 – Responsable des grands projets d’aménagement jusqu’en 2005
Gérard CAVIGLIA : entre à la Communauté Urbaine en 1969 - Ingénieur subdivisionnaire au service de l’assainissement jusqu’en 1978 – Responsable du bureau étude et exploitation au service de l’assainissement jusqu’en 1984 – Responsable du service opérations d’urbanisme au Département Développement Urbain jusqu’en 1991 – Directeur de la voirie jusqu’en 1997 – Directeur de l’eau jusqu’en 2005



Témoignage de Bruno POLGA : “Les réseaux, ils ne se voient pas mais ils sont essentiels”

Bruno POLGA : 1er adjoint au Maire de Saint-Priest de 1977 à 1983, Maire de Saint-Priest de 1983 à 2003, Conseiller communautaire de 1983 à 2008, Vice-président de la Communauté Urbaine de 1995 à 2008 (en charge successivement de l’eau et de l’assainissement, de l’habitat, de la propreté)



Témoignages de Franck SCHERRER

Franck SCHERRER : directeur de l’Institut d’Urbanisme de Lyon, auteur d’une thèse sur le rôle de l’assainissement dans la construction politique de l’agglomération lyonnaise



Un commentaire pour “Ce que va changer la gestion communautaire des services urbains”

  1. Serge-S. DERDERIAN | Mercredi 18 mars 2009 à 4:19

    Il est peut-être dommage que les habitants de la COURLY n’aient pas eu conscience du rôle moteur puissant de cet outil communautaire pour les aider à développer le réseau invisible et pourtant nécessaire au confort que sont la propreté, le traitement des eaux, l’assainissement. Ce regret que j’exprime est d’autant présent qu’aujourd’hui encore, alors que les preuves des bienfaits et bénéfices du rapprochement des communes peuvent être apportées, la communication pédagogique sur ce point n’est toujours pas suffisamment puissante: pour preuve toutes les résistances négatives sur la réforme des Collectivités Territoriales que nombre d’élus et fonctionnaires affichent au lieu de travailler à positiver et chercher en amont les avantages possibles de ce mouvement apparemment inéluctable et nécessaire pour le bien des relations de plus en plus structurées, dépourvues des relations de courtoises condescendances assimilables à celles que nos anciens pouvaient avoir avec les ingénieurs territoriaux d’Etat dont parlaient plus haut messieurs BUE et CAVIGLIA.

Laisser un commentaire