Avec la création du Pôle Métropolitain en 2012, la gouvernance prend une tournure urbaine



Publié dans l'épisode n°15 - La gouvernance métropolitaine le Mercredi 1 janvier 2014.
photo

Les quatre agglomérations composant le Pôle Métropolitain

L’adhésion des principales agglomérations à l’association Région Urbaine de Lyon dans la première moitié des années 2000 a pu laisser penser que cette dernière était en train de devenir la principale scène de dialogue politique à l’échelle métropolitaine. Le second mandat (2008-2014) de Gérard Collomb à la tête du Grand Lyon va cependant montrer que le paysage de la gouvernance métropolitaine pouvait encore évoluer sensiblement. Après la démarche « territoires partenaires », s’ouvre en effet un nouveau chapitre dans la stratégie métropolitaine du Grand Lyon. En 2009, les présidents du Grand Lyon, de Saint-Etienne Métropole (Maurice Vincent) et de la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (Alain Cottalorda), vont formuler publiquement leur volonté de travailler ensemble pour bâtir une métropole multipolaire capable de soutenir la comparaison avec les grandes métropoles européennes. Deux séminaires fondateurs en juillet 2009 et février 2010, faisant intervenir des élus et techniciens des trois EPCI, vont permettre d’acter les principes, les objectifs et le dispositif d’animation de la gouvernance métropolitaine. Quatre thématiques sont ainsi mises en avant : développement économique, culture/tourisme, déplacements, aménagement/planification. Alors que les premières actions communes sont engagées, le « G3 » devient bientôt le « G4 » avec la participation de la Communauté d’agglomération du Pays Viennois à partir de septembre 2010.

La création des pôles métropolitains, syndicats mixtes regroupant des intercommunalités à fiscalité propre, par la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales va offrir un cadre institutionnel idoine à cette démarche de coopération. En novembre et décembre 2011, les quatre intercommunalités votent le principe de la création d’un Pôle métropolitain en région lyonnaise. Celle-ci sera effective en avril 2012. Regroupant 140 communes, près de deux millions d’habitants et un million d’emploi, le Pôle Métropolitain vise à faciliter la mutualisation des réflexions et des ressources afin de faciliter la mise en œuvre d’actions communes sur le territoire métropolitain. L’objectif affiché est de renforcer la compétitivité et l’attractivité du territoire tout en promouvant un modèle de développement durable. Sitôt en place, le Pôle Métropolitain s’est attaqué à un premier chantier structurant : la mise en place du Syndicat Mixte des Transports (SMT) pour l’Aire Métropolitaine Lyonnaise afin de faciliter les déplacements intermodaux à cette échelle. Créé en décembre 2012, il réunit les quatre intercommunalités, le SYTRAL (Syndicat Syndicat Mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) et le Conseil Régional. L’une des actions phares proposée par le SMT est la mise en place à l’automne 2013 d’une tarification multimodale zonale sur le territoire métropolitain.



Le besoin de former un noyau dur de la gouvernance métropolitaine

Corinne TOURASSE : Responsable du Service aménagement et transports à la Direction Régionale de l’Equipement de 1997 à 2002 – Conseiller technique en charge de l’aménagement et des transports au cabinet du Président du Grand Lyon jusqu’en 2005 – Directrice de la prospective et de la stratégie d’agglomération jusqu’en 2008 – Directrice de la planification et des politiques d’agglomération au sein de la Délégation Générale au Développement Urbain


Anne DUBROMEL : A intégré l’association Région Urbaine de Lyon (RUL) en 1991 en tant que chargée de mission - Directrice de la RUL depuis 2002


Paul BOINO : Directeur de l’Institut d’urbanisme de Lyon – auteur d’une thèse sur l’intégration fonctionnelle des centres urbains périphériques dans la métropole lyonnaise – a dirigé les ouvrages « Lyon, la production de la ville » et « Intercommunalité : politique et territoire »


Martial PASSI : Maire de Givors depuis 1993 – Conseiller général du Rhône depuis 1998 – Vice-Président du Grand Lyon en charge de la stratégie métropolitaine depuis 2007



Le repositionnement de la RUL

Anne DUBROMEL : A intégré l’association Région Urbaine de Lyon (RUL) en 1991 en tant que chargée de mission - Directrice de la RUL depuis 2002



La nécessité de ne pas laisser sur le côté les autres territoires de l’aire métropolitaine

Emmanuel CELLIER : Chargé d’études au sein de l’Observatoire de l’emploi de la Loire (ELO) jusqu’en 1995 – Chargé d’études « Déplacements » puis « Habitat » au sein de l’Agence d’Urbanisme de Lyon jusqu’en 1998 – Chargé d’études pour le diagnostic économique du Schéma de Développement Economique jusqu’en 2000 – Responsable de l’Observatoire Partenarial Lyonnais en Economie de 2000 à 2005 – Chargé de mission « Coopérations et évolutions métropolitaines » depuis 2005


Anne DUBROMEL : A intégré l’association Région Urbaine de Lyon (RUL) en 1991 en tant que chargée de mission - Directrice de la RUL depuis 2002



Laisser un commentaire