Bilan et perspectives de la politique de développement économique d’agglomération



Publié dans l'épisode n°13 - Le Grand Lyon s’invente « développeur économique » le Dimanche 1 janvier 2012.
photo

La compétition des territoires, seul horizon pour la politique économique d'agglomération?

La politique de développement économique construite depuis maintenant près de 40 ans à Lyon fait aujourd’hui référence à l’échelle des métropoles françaises. S’appuyant depuis une dizaine d’années sur le leadership du Grand Lyon, elle a su conjuguer les ingrédients de la prospection, de l’aménagement, de l’innovation et de la gouvernance pour bâtir une stratégie et des leviers d’action capables de renforcer l’attractivité, la compétitivité et le renouvellement du tissu économique lyonnais.

Pour autant, un certain nombre d’observateurs estiment que cette politique de développement économique présente un certain nombre d’angles morts. Certains d’entre eux sont abordés dans ce dernier post. Tout d’abord, on peut estimer que les pôles de compétitivité lyonnais restent focalisés sur une approche de l’innovation très « techno-centrée », alors même que la réussite en matière d’innovation passe de plus en plus semble-t-il par l’attention aux besoins et usages concrets de ses utilisateurs potentiels, le recours au design, à la créativité, à la pluridisciplinarité. On peut ensuite s’interroger sur le fait que la société civile, et plus spécifiquement les salariés, ne soit pas associés à la gouvernance économique d’agglomération : cela constitue-t-il un atout ou une lacune de la politique économique d’agglomération ?

Au-delà, la compétitivité du territoire semble être devenue l’enjeu fédérateur et l’objectif prédominant de l’ensemble des politiques communautaires, sans que l’on ait pris soin de justifie ce parti-pris sur le plan politique. Or, il apparait que le bien-fondé de cette stratégie en termes de création d’emplois et d’enrichissement du territoire ne semble pas évident pour tout le monde. Le dynamisme de l’emploi et des revenus sur le territoire lyonnais ne se joue-t-il pas également du côté de l’économie résidentielle dont plusieurs travaux ont montré l’importance dans le développement économique local?

Enfin, certains observateurs s’interrogent également sur la fragmentation de l’action de développement économique à l’échelle régionale : ne faudrait-il pas davantage coordonner les outils de promotion des différentes métropoles de Rhône-Alpes ?



Quel bilan des actions passées?

François PAYEBIEN : Chargé de mission Développement économique à la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement Rhône Alpes (DRIRE) de 1987 à 1993 - Chargé de mission Aménagement du territoire au Conseil Régional Rhône Alpes jusqu’en 1998 - Responsable de l’innovation puis directeur du marketing et de la stratégie économique au sein de la Direction des Affaires Économiques et Internationales (DAEI) jusqu’en 2009 - Directeur général adjoint en charge du développement économique et territorial à la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (CAPI) jusqu’en 2010 - Directeur de cabinet du président de la CAPI


Jean-Marc ROUMILHAC : Chargé de mission à la direction du commerce de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCIL) de 1973 à 1980 – Responsable de la prospection France au sein de l’Agence de développement de la région lyonnaise (ADERLY) jusqu’en 2001 – Directeur général du GIP Mission ingénierie et prospectives Rhône-Alpes (Mipra)
Pierre-Yves TESSE : Chargé d’études à l’Organisations d’Etudes d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine lyonnaise (OREAM) de 1966 à 1973 ; Chargé de mission à l’Agence de Développement Economique de la Région lyonnaise (ADERLY) de 1973 à 1990 ; Directeur de l’Animation Economique et de l’Aménagement à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCI) de 1990 à 2006



Quelle place pour d’autres formes d’innovation à côté de la recherche technologique ?

Jean-Louis MEYNET : Délégué général au développement économique et international du Grand Lyon de 1998 à 2007


Emmanuel CELLIER : Chargé d’études au sein de l’Observatoire de l’emploi de la Loire (ELO) jusqu’en 1995 – Chargé d’études « Déplacements » puis « Habitat » au sein de l’Agence d’Urbanisme de Lyon jusqu’en 1998 – Chargé d’études pour le diagnostic économique du Schéma de Développement Economique jusqu’en 2000 – Responsable de l’Observatoire Partenarial Lyonnais en Economie de 2000 à 2005 – Chargé de mission « Coopérations et évolutions métropolitaines » depuis 2005



Quelle place pour les représentants des salariés dans la gouvernance économique ?

François PAYEBIEN : Chargé de mission Développement économique à la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement Rhône Alpes (DRIRE) de 1987 à 1993 - Chargé de mission Aménagement du territoire au Conseil Régional Rhône Alpes jusqu’en 1998 - Responsable de l’innovation puis directeur du marketing et de la stratégie économique au sein de la Direction des Affaires Économiques et Internationales (DAEI) jusqu’en 2009 - Directeur général adjoint en charge du développement économique et territorial à la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (CAPI) jusqu’en 2010 - Directeur de cabinet du président de la CAPI


Jean-Louis MEYNET : Délégué général au développement économique et international du Grand Lyon de 1998 à 2007


Emmanuel CELLIER : Chargé d’études au sein de l’Observatoire de l’emploi de la Loire (ELO) jusqu’en 1995 – Chargé d’études « Déplacements » puis « Habitat » au sein de l’Agence d’Urbanisme de Lyon jusqu’en 1998 – Chargé d’études pour le diagnostic économique du Schéma de Développement Economique jusqu’en 2000 – Responsable de l’Observatoire Partenarial Lyonnais en Economie de 2000 à 2005 – Chargé de mission « Coopérations et évolutions métropolitaines » depuis 2005



La compétitivité économique, une fin en soi ou le principal moteur du développement de l’agglomération ?

Jean-Louis MEYNET : Délégué général au développement économique et international du Grand Lyon de 1998 à 2007


Emmanuel CELLIER : Chargé d’études au sein de l’Observatoire de l’emploi de la Loire (ELO) jusqu’en 1995 – Chargé d’études « Déplacements » puis « Habitat » au sein de l’Agence d’Urbanisme de Lyon jusqu’en 1998 – Chargé d’études pour le diagnostic économique du Schéma de Développement Economique jusqu’en 2000 – Responsable de l’Observatoire Partenarial Lyonnais en Economie de 2000 à 2005 – Chargé de mission « Coopérations et évolutions métropolitaines » depuis 2005


Bernard JOUVE (1965-2009) : Directeur du Laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société (R.I.V.E.S.) de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) ; Coordonnateur de la Chaire UNESCO « Politiques urbaines et citoyenneté »
Hommage de l’Association Française de Science Politique


Paul BOINO : Directeur de l’Institut d’urbanisme de Lyon – auteur d’une thèse sur l’intégration fonctionnelle des centres urbains périphériques dans la métropole lyonnaise – a dirigé les ouvrages « Lyon, la production de la ville » et « Intercommunalité : politique et territoire »



Quelle place pour la sphère résidentielle de l’économie lyonnaise dans la politique économique ?

Jean-Louis MEYNET : Délégué général au développement économique et international du Grand Lyon de 1998 à 2007


Emmanuel CELLIER : Chargé d’études au sein de l’Observatoire de l’emploi de la Loire (ELO) jusqu’en 1995 – Chargé d’études « Déplacements » puis « Habitat » au sein de l’Agence d’Urbanisme de Lyon jusqu’en 1998 – Chargé d’études pour le diagnostic économique du Schéma de Développement Economique jusqu’en 2000 – Responsable de l’Observatoire Partenarial Lyonnais en Economie de 2000 à 2005 – Chargé de mission « Coopérations et évolutions métropolitaines » depuis 2005



Quelle échelle pertinente pour conduire la politique de développement économique ?

Jean-Marc ROUMILHAC : Chargé de mission à la direction du commerce de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCIL) de 1973 à 1980 – Responsable de la prospection France au sein de l’Agence de développement de la région lyonnaise (ADERLY) jusqu’en 2001 – Directeur général du GIP Mission ingénierie et prospectives Rhône-Alpes (Mipra)
Pierre-Yves TESSE : Chargé d’études à l’Organisations d’Etudes d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine lyonnaise (OREAM) de 1966 à 1973 ; Chargé de mission à l’Agence de Développement Economique de la Région lyonnaise (ADERLY) de 1973 à 1990 ; Directeur de l’Animation Economique et de l’Aménagement à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCI) de 1990 à 2006



Laisser un commentaire