Au début des années 2000, l’action économique communautaire se veut davantage en prise avec le terrain



Publié dans l'épisode n°13 - Le Grand Lyon s’invente « développeur économique » le Dimanche 1 janvier 2012.
photo

A la toute fin des années 1990, au moment où se met en œuvre le Plan Technopole et s’élaborent les orientations stratégiques de la démarche SDE, il apparait que l’action économique communautaire souffre encore d’un manque de proximité avec les entreprises. Si les efforts portés en matière de réflexion sur les filières et sites stratégiques du tissu économique lyonnais ou d’assistance aux implantations d’entreprises ne sont pas en cause, il n’en est pas de même lorsque l’on aborde les besoins des entreprises dans leur activité quotidienne. Le Grand Lyon n’est pas encore positionné et identifié comme un partenaire concret et pérenne du développement des entreprises lyonnaises.

C’est ce à quoi va s’efforcer de remédier la Direction des Affaires Economiques et Internationales (DAEI) en se dotant de chargés de mission « animation territoriale » en 1999. Il s’agit d’un tournant dans la conception de l’action économique du Grand Lyon, jusque là fortement centralisée et peu territorialisée. Leur rôle est triple : assurer l’interface entre les services communautaires et les acteurs du développement économique présents sur le territoire (communes, entreprises, représentants de la CCIL, associations, etc.) ; favoriser la transversalité de l’action publique en faveur du développement économique, notamment entre les actions à caractère spatial et celles relevant de l’animation économique de filières ; assurer une présence sur le terrain pour être à l’écoute et anticiper les besoins des acteurs, et soutenir et faire émerger des projets. Au même moment, une démarche analogue est mise en place pour animer les sites technopolitains de Gerland et la Doua.

Le réseau de développeurs économiques du Grand Lyon ne va cesser de s’étoffer durant les années 2000 et sera progressivement complété par des dispositifs d’accompagnement des acteurs économique plus spécifiques, l’un portant sur la création d’entreprise, l’autre sur l’accompagnement des grandes entreprises présentes au sein de l’agglomération. Enfin, la légitimité du Grand Lyon à développer une intervention économique de proximité est renforcée par l’adoption de la Taxe Professionnelle Unique (TPU) au 1er janvier 2003, celui-ci venant mettre un terme aux effets de concurrence entre les communes de l’agglomération pour l’attraction des entreprises.



La mise en place de développeurs économiques territoriaux

Jean-Louis MEYNET : Délégué général au développement économique et international du Grand Lyon de 1998 à 2007


François PAYEBIEN : Chargé de mission Développement économique à la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement Rhône Alpes (DRIRE) de 1987 à 1993 - Chargé de mission Aménagement du territoire au Conseil Régional Rhône Alpes jusqu’en 1998 - Responsable de l’innovation puis directeur du marketing et de la stratégie économique au sein de la Direction des Affaires Économiques et Internationales (DAEI) jusqu’en 2009 - Directeur général adjoint en charge du développement économique et territorial à la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (CAPI) jusqu’en 2010 - Directeur de cabinet du président de la CAPI



Le dispositif “Lyon, ville de l’entrepreneuriat”

François PAYEBIEN : Chargé de mission Développement économique à la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement Rhône Alpes (DRIRE) de 1987 à 1993 - Chargé de mission Aménagement du territoire au Conseil Régional Rhône Alpes jusqu’en 1998 - Responsable de l’innovation puis directeur du marketing et de la stratégie économique au sein de la Direction des Affaires Économiques et Internationales (DAEI) jusqu’en 2009 - Directeur général adjoint en charge du développement économique et territorial à la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (CAPI) jusqu’en 2010 - Directeur de cabinet du président de la CAPI


Jean-Louis MEYNET : Délégué général au développement économique et international du Grand Lyon de 1998 à 2007



La volonté de nouer des relations privilégiées avec les “Grands Comptes”

François PAYEBIEN : Chargé de mission Développement économique à la Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement Rhône Alpes (DRIRE) de 1987 à 1993 - Chargé de mission Aménagement du territoire au Conseil Régional Rhône Alpes jusqu’en 1998 - Responsable de l’innovation puis directeur du marketing et de la stratégie économique au sein de la Direction des Affaires Économiques et Internationales (DAEI) jusqu’en 2009 - Directeur général adjoint en charge du développement économique et territorial à la Communauté d’Agglomération des Portes de l’Isère (CAPI) jusqu’en 2010 - Directeur de cabinet du président de la CAPI



Laisser un commentaire