Episode n°13 : Le Grand Lyon s’invente « développeur économique »



Publié dans l'épisode n°13 - Le Grand Lyon s’invente « développeur économique » le Dimanche 1 janvier 2012.

photo

Le quartier de l'Industrie à Vaise en 1979 (© Agence d'urbanisme - Lyon)

Ce nouvel épisode vient clôturer le chapitre consacré aux différentes politiques développées par la Communauté Urbaine suite à l’élaboration du Schéma Directeur Lyon 2010 et à l’élection de Michel Noir. Après l’aménagement urbain, le développement social, les déplacements et l’écologie urbaine, place au développement économique. L’institution communautaire s’attaque ici à un domaine éminemment symbolique et stratégique pour Lyon tant l’identité de cette dernière apparait intrinsèquement liée à sa dynamique économique. En effet, de longue date, les milieux économiques lyonnais ont su imprimer leur marque sur le destin de la capitale des Gaules par leur capacité à convaincre le pouvoir local de l’importance prééminente de l’intérêt économique du territoire et à prendre en main la promotion de ce dernier. L’histoire de la Communauté Urbaine montre que l’activisme des milieux économiques et leur proximité avec les élites politiques restent prégnants à l’époque contemporaine.

Fondée en 1705, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCIL) s’est longtemps acquittée seule de la gestion des questions relevant du développement économique de la région lyonnaise. Au début du 20ème siècle, elle s’illustre notamment par l’organisation de grands évènements commerciaux et médiatiques comme l’exposition universelle. Le poids de la CCIL se renforce encore au sortir de la seconde guerre mondiale lorsqu’elle devient l’un des principaux opérateurs de l’aménagement et de la promotion des zones industrielles et d’un certain nombre de grandes infrastructures de la région. Le développement économique ne deviendra un enjeu politique d’agglomération qu’à partir du moment où les initiatives prises jusqu’alors par les milieux économiques lyonnais vont être contrariées par la montée en puissance des politiques étatiques durant l’après-guerre. En créant conjointement l’Agence de développement de la région lyonnaise (ADERLY) en 1974, les décideurs politiques et économiques lyonnais affirment en effet leur volonté de garder la maitrise du devenir économique du territoire en institutionnalisant et en amplifiant les actions de développement économique définies et conduites par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCIL).

L’arrivée en 1989 de Michel Noir à la présidence de la Communauté Urbaine va remettre en question ce leadership de la CCIL. Sous l’impulsion de son nouveau président, l’institution communautaire va se doter de deux nouveaux services dédiés au développement économique. Ceux-ci vont lui permettre, d’une part, de consolider son rôle d’aménageur de sites à vocation économique qu’elle avait inauguré dans les années 1980 à travers l’opération d’aménagement de Gerland et, d’autre part, de développer sa propre expertise du développement de l’économie lyonnaise. A un moment où la mondialisation de la concurrence tend à donner une importance croissante aux ressorts territoriaux de la compétitivité économique (entrepreneuriat, enseignement, recherche, innovation), les successeurs de Michel Noir – Raymond Barre et Gérard Collomb – ne vont avoir de cesse d’étoffer et affirmer la vision stratégique et l’intervention directe du Grand Lyon en la matière. Toutefois, si les milieux économiques n’ont plus le leadership de la politique de développement économique métropolitaine, ils conservent l’écoute attentive des décideurs politiques.


Avec les témoignages vidéos de :

Paul BOINO, Marc BONNEVILLE, Emmanuel CELLIER, Henri CHABERT, Christophe CIZERON, Pierre DUCRET, Marie-Emmanuelle FREOUR, Philippe GILLET, Bernard JOUVE, Jean-Louis MEYNET, Jacques MOULINIER, Michel NOIR, François PAYEBIEN, Jean-Marc ROUMILHAC, Pierre-Yves TESSE


Au sommaire de cet épisode :

  • 1966-1970, l’Etat projette et impose ses vues sur le développement économique de la région lyonnaise (voir les vidéos)
  • 1974, la Communauté Urbaine, la CCI et le MEDEF de Lyon créent l’Agence de Développement de la Région Lyonnaise (ADERLY) (voir les vidéos)
  • 1984-1986, l’ADERLY élabore un Plan d’Action Technopole, la Communauté Urbaine prend en charge l’aménagement du site de Gerland (voir les vidéos)
  • 1990-1993, le Grand Lyon prend en main la compétence « développement économique » : création de la Mission Développement Economique et de la Direction des Affaires Economiques et Internationales (voir les vidéos)
  • 1998, le Grand Lyon affirme son soutien aux filières d’excellence de l’économie lyonnaise en relançant le Plan Technopole (voir les vidéos)
  • 1997-2001 : l’élaboration du Schéma de Développement Economique portée l’Agence d’urbanisme se fonde sur une large participation des acteurs économiques (voir les vidéos)
  • 2003, avec le lancement de la démarche « Grand Lyon, l’Esprit d’Entreprise », la Communauté Urbaine se pose en chef de file de la gouvernance économique de l’agglomération (voir les vidéos)
  • Au début des années 2000, l’action économique communautaire se veut davantage en prise avec le terrain (voir les vidéos)
  • 2005, la labellisation de cinq pôles de compétitivité lyonnais consacre les efforts du Grand Lyon en matière de développement économique (voir les vidéos)
  • 2008-2010, du Plan Campus au Schéma de Développement Universitaire, faire de l’Université de Lyon un des moteurs du développement économique de la métropole (voir les vidéos)
  • Bilan et perspectives de la politique de développement économique d’agglomération (voir les vidéos)
  • Au prochain épisode (voir les vidéos)


  • Laisser un commentaire