L’entrée dans le 21ème siècle met en scène le concept de développement durable



Publié dans l'épisode n°12 - De l'écologie urbaine au développement durable le Mercredi 1 décembre 2010.
photo

Le rapport Brundtland publié en 1987

Les années 1990 voient l’écologie urbaine devenir une véritable problématique d’agglomération, à côté de l’aménagement urbain, du développement social et économique, des déplacements, etc. D’une certaine manière, il semble que c’est au travers de cette préoccupation pour la qualité de l’environnement et son impact sur la qualité de vie que les territoires locaux ont amorcé en France leur appropriation du concept de développement durable défini dès 1987 par le rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED). Toutefois, même si elle introduit une approche plus transversale de l’action des différents services urbains, la politique d’écologie urbaine de la Communauté Urbaine, comme celle d’autres collectivités locales, reste en deçà de l’ambition donnée aux Agenda 21 lors de la conférence Rio de Janeiro de 1992 qui voulait que la question environnementale soit associée aux préoccupations socio-économiques dans le cadre d’une démarche intégrée et globale.

La référence au développement durable ne sera perceptible dans les discours officiels français qu’à partir de 1995 et il faudra attendre 1997 pour que le ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement prenne l’initiative d’un « appel à projets sur les outils et les démarches en vue de le réalisation d’Agenda 21 locaux ». En amont des questions touchant à l’ingénierie de projet à mettre en œuvre pour l’élaboration d’un agenda 21 local, cette montée en puissance du concept de développement durable va poser la question de sa définition concrète à l’échelle locale. Quelles sont les finalités du développement urbain ? La notion de durabilité s’applique-t-elle à l’ensemble des ressources du développement urbain ou l’environnement constitue-t-il un substrat plus fondamental ? N’est-ce pas d’abord un débat sur les formes urbaines les plus favorables à la préservation de l’environnement ? Une ville durable doit-elle contribuer prioritairement à la résolution des grands problèmes mondiaux – au prix éventuel de sa croissance – ou s’assurer plutôt de la viabilité à long terme de son propre développement ? Autant de questions auxquelles il est difficile encore aujourd’hui d’apporter des réponses définitives.






De l’écologie urbaine au développement durable

Pierre CREPEAUX : Chargé de mission air-bruit à la mission écologie urbaine du Grand Lyon de 2004 à 2009 – Chargé de mission Plan climat à la Direction de la planification et des politiques d’agglomération de la Délégation Générale au Développement Urbain
Coralie ECHINARD : Chargée de mission gouvernance économique à la direction du marketing et de la stratégie économique de la Délégation Générale au Développement Economique et International de 2006 à 2010 – Chargée de mission Agenda 21 à la Direction de la planification et des politiques d’agglomération de la Délégation Générale au Développement Urbain du Grand Lyon






Établir un compromis entre les impératifs économiques, sociaux et environnementaux ?

Pierre CREPEAUX : Chargé de mission air-bruit à la mission écologie urbaine du Grand Lyon de 2004 à 2009 – Chargé de mission Plan climat à la Direction de la planification et des politiques d’agglomération de la Délégation Générale au Développement Urbain
Coralie ECHINARD : Chargée de mission gouvernance économique à la direction du marketing et de la stratégie économique de la Délégation Générale au Développement Economique et International de 2006 à 2010 – Chargée de mission Agenda 21 à la Direction de la planification et des politiques d’agglomération de la Délégation Générale au Développement Urbain du Grand Lyon





Jean VILLIEN : Chargé d’études Environnement à l’Agence d’Urbanisme de Lyon de 1980 à 1990 – Directeur de la mission Écologie Urbaine de la Délégation Générale au Développement Urbain du Grand Lyon depuis 1990





Michel REPPELIN : Maire de Collonges au Mont d’Or et Conseiller communautaire depuis 1995 – Vice-président chargé de l’environnement de 2001 à 2008 – Vice-président chargé du développement durable depuis 2008 – Président du Comité de Coordination pour la Contrôle de la pollution Atmosphérique dans la Région Lyonnaise (COPARLY) – Président du groupe Risques du Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles et des Risques dans l’Agglomération Lyonnaise (SPIRAL)






Exposer les enjeux environnementaux pour mieux réinterroger les finalités du développement humain ?

Bruno CHARLES : Directeur de la maison rhodanienne de l’environnement de 2005 à 2008 – Vice-président du Grand Lyon chargé de la démarche prospective en matière énergétique et du pilotage et de l’animation des outils du développement durable (agenda 21, plan climat, plan éducation au développement durable, observatoire des changements écologiques) depuis 2008





Nadia MABILLE : Chargée de mission Agenda 21 à la Direction de la prospective puis à la Délégation générale au développement urbain du Grand Lyon de 2003 à 2010 – Chargée de mission au Syndicat d’Etudes et de Programmation de l’Agglomération Lyonnaise (SEPAL)





Yves VERILHAC : Directeur de la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature (FRAPNA) de 1981 à 1991 – Conseiller en écologie urbaine auprès du président de la Communauté Urbaine de Lyon de 1991 à 1995 – Chargé de la création puis directeur du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche de 1996 à 2005 - Directeur de l’Atelier Technique des Espaces Naturels (ATEN)



Laisser un commentaire