Episode n°12: Quand l’écologie urbaine inaugure le développement durable



Publié dans l'épisode n°12 - De l'écologie urbaine au développement durable le Mercredi 1 décembre 2010.
photo

Le parc de Miribel-Jonage en 2003 (© Agence d'urbanisme - Lyon)

Au tournant des années 1990, la Communauté Urbaine va se saisir de la question de l’impact des activités humaines sur l’environnement pour en faire un nouveau champ des politiques d’agglomération. Cette évolution peut apparaitre bien tardive dans la mesure où cette problématique est apparue dans le débat public dès les « trente glorieuses ». Une première explication réside dans le fait que la gestion de l’environnement ne figurait pas parmi les compétences fondatrices de l’institution communautaire. Par ailleurs, les villes sont longtemps restées à l’écart des premières générations de politiques environnementales qui relevaient davantage de réglementations nationales et de logiques de préservation des espaces dits naturels.

En se dotant d’une mission « écologie urbaine » dès 1990, la Communauté Urbaine va faire de Lyon une agglomération pionnière de l’action locale en faveur de la préservation de l’environnement. Elle développe alors une vision écologique de l’agglomération : un écosystème dont il s’agit de préserver l’intégrité, en gérant de façon responsable ses ressources, ses flux, ses rejets, ses risques. Cette approche sera formalisée par une charte de l’écologie urbaine dont l’application concernera surtout le patrimoine environnemental de l’agglomération (fleuves et espaces naturels) et la gestion des services urbains (eaux, déchets, voirie).

La fin des années 1990 va inscrire la question environnementale dans une problématique plus large, celle du développement durable. Dans la foulée du projet d’agglomération « 21 priorités pour le 21ème siècle », le Grand Lyon se lance dans l’élaboration de son premier Agenda 21 qui sera adopté en 2005. Interrogeant la contribution de l’ensemble des politiques communautaires au développement durable du territoire, cette démarche va permettre à l’institution communautaire de donner des objectifs plus transversaux à son action. Répondant à l’une des principales orientations de l’agenda 21, la démarche Plan Climat est ensuite lancée pour définir la participation de l’agglomération lyonnaise à la lutte contre le changement climatique que certains décrivent comme “l’enjeu du siècle”.





Avec les témoignages vidéos de :

Jean-Charles CASTEL, Bruno CHARLES, Pierre CREPEAUX, Fabienne CRESCI, Coralie ECHINARD, Nadia MABILLE, Marie-Noëlle MILLE, Michel NOIR, Michel REPELLIN, Franck SCHERRER, Yves VERILHAC, Jacky VIEUX, Jean VILLIEN


Au sommaire de cet épisode :


  • 1970-1990, de la prise de conscience d’une menace environnementale globale à l’affirmation d’une nécessaire action locale (voir les vidéos)
  • Au tout début des années 1990, la Communauté Urbaine fait de l’écologie urbaine une politique d’agglomération à part entière (voir les vidéos)
  • De nouveaux défis pour les services urbains (voir les vidéos)
  • Une attention nouvelle pour la préservation du patrimoine naturel de l’agglomération (voir les vidéos)
  • L’entrée dans le 21ème siècle met en scène le concept de développement durable (voir les vidéos)
  • 2003-2005, l’élaboration de l’agenda 21 inscrit le Grand Lyon sur la voie du développement durable (voir les vidéos)
  • Relever le défi du siècle : un plan climat pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’agglomération lyonnaise (voir les vidéos)
  • Quels horizons pour le développement durable de l’agglomération lyonnaise ? (voir les vidéos)
  • Au prochain épisode (voir les vidéos)


  • Laisser un commentaire