1981, « l’été chaud des Minguettes » scande le mal-être des jeunes des grands ensembles



Publié dans l'épisode n°10 - Les politiques de la ville et de l'habitat le Jeudi 10 juin 2010.
photo

Quartiers Démocratie et Monmousseau à Vénissieux à la fin des années 1970 (© Agence d'urbanisme - Lyon)

Les difficultés économiques et sociales des habitants des grands ensembles vont concerner de façon particulièrement aigüe les enfants dits de la « deuxième génération », celle qui est issue du regroupement en France des familles des travailleurs immigrés. Arrivés très jeunes ou nés sur le sol français, ces jeunes vont se heurter aux premiers effets de la crise économique et à une société de plus en plus discriminante à l’égard des populations d’origine étrangère. Reclus dans quartiers désertés par les classes moyennes, où les immeubles vides sont murés, les jeunes vont exprimer de plus en plus violemment leur désarroi et leur ressentiment.

En septembre 1979, l’émeute qui secoue le quartier de la Grappinière à Vaulx-en-Velin suite à l’arrestation d’un jeune soupçonné de vol de voiture apparait aujourd’hui comme le signe annonciateur de ce mouvement de radicalisation. A quelques mois d’intervalle après les violentes échauffourées de Brixton dans la banlieue de Londres, les premières émeutes urbaines en France se dérouleront en 1981 dans l’agglomération lyonnaise, dans le quartier des Minguettes de Vénissieux. L’importance du nombre de voitures incendiées (plus de 200) et la violence des affrontements entre les jeunes et les forces constituent « une première » : la première émeute en banlieue, retransmise en direct au journal de 20 heures. Surnommé « l’été chaud des Minguettes », cet événement va provoquer une prise de conscience brutale. Les Français découvrent l’état de dégradation et d’abandon de ces quartiers modernes à l’abandon tandis que la puissance publique prend acte de la faillite de ses services (école, formation, culture, logement…) pour assurer l’insertion de leurs habitants.

Si elle va contribuer à accélérer la mise en place d’une politique spécifique pour le renouveau de ces quartiers d’habitat social, la médiatisation de ces évènements va également fortement exacerber leur stigmatisation. L’acharnement des médias à donner une image négative des banlieues constituera une difficulté de plus à surmonter. Surtout, la révolte des jeunes des ZUP connaitra d’autres épisodes de violence en 1983, en 1990 et en 2005.





Jean-François RAJON : Directeur général de Logirel (bailleur HLM privé) de 1978 à 2002





Bruno VOISIN : Assistant d’études au sein de différents bureaux d’études en sociologie urbaine dans l’agglomération lyonnaise de 1972 à 1979 – entre à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise en 1980 – chargé d’opération Habitat et Vie Sociale (HVS) pour le quartier des Minguettes à Vénissieux jusqu’en 1984 – chargé d’études sur les diagnostics Développement Social Urbain (DSQ) des grands quartiers sociaux de l’agglomération jusqu’en 1989 – chef de projet Développement Social Urbain sur le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1994 – chargé de mission sur les questions de politique de la ville et de l’habitat, d’usages des espaces publics à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise





Bruno COUTURIER : Entre à la Communauté Urbaine en 1989 – Assistant du chef de projet politique de la ville pour le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1995 – Chef de projet politique de la ville pour les quartiers Moncey, Voltaire et Guillotière de Lyon jusqu’en 2000 – Chef de projet pour l’accueil des gens du voyage et les foyers de travailleurs migrants jusqu’en 2004 – Chargé de mission concertation à Direction de prospective et de stratégie d’agglomération et co-animateur de l’atelier sur le renouvellement urbain de la conférence d’agglomération de l’habitat jusqu’en 2006 – Directeur du Grand Projet de Ville du quartier de la Duchère



1981, un avenir incertain pour les jeunes des Minguettes (5.31 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr



1981, violences depuis l’été à Vénissieux (2.25 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr



1981, lorsque des journalistes “achètent” la violence (6.41 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr



1982, l’intervention des forces de l’ordre dans le quartier des Minguettes en question (16.25 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr


Laisser un commentaire