Dès le départ, la Communauté Urbaine est appelée à prendre part au sauvetage des ZUP



Publié dans l'épisode n°10 - Les politiques de la ville et de l'habitat le Jeudi 10 juin 2010.
photo

Saint-Priest en 1986 (© Agence d'urbanisme - Lyon)

En région lyonnaise, ce sont d’abord les communes concernées et les organismes HLM qui, dès les années 1970, vont être le porte-voix des difficultés grandissantes des ZUP, notamment en pointant le phénomène de vacance. Interpellée par cet appel à l’aide, la Communauté Urbaine est aussi sollicitée par l’Etat pour « solder les ZUP » : il souhaite stopper les concessions d’aménagement et transférer à l’intercommunalité lyonnaise le soin d’apurer leur déficit et de procéder aux aménagements restant à réaliser. Dès 1979, les élus communautaires délibèrent sur le lancement de procédure Habitat et Vie Sociale (HVS) pour les quartiers des Minguettes à Vénissieux. Après une première phase de diagnostic, les interventions démarrent à Vénissieux en 1982. La réhabilitation de plus de 600 logements est lancée, ainsi que la création ou l’extension d’une vingtaine d’équipements, l’aménagement d’espaces publics, une assistance aux organismes HLM et une équipe opérationnelle sont mises en place. Evènement particulièrement symbolique et âprement débattu entre les différents partenaires, trois tours du quartier Monmousseau des Minguettes seront démolies en 1983.

Les problématiques posées par l’évolution de la ZUP des Minguettes se posaient également à Vaulx-en-Velin, à Bron, à Rillieux et dans certains quartiers lyonnais comme la Duchère, les Etats-Unis ou Mermoz. Dans la foulée du lancement par l’Etat de la procédure Développement Social des Quartiers (DSQ), et à la demande des élus des différentes communes concernées, l’agence d’urbanisme va élaborer plusieurs diagnostics sur ces quartiers. En 1986, des conventions pour « la mise en valeur et le développement social des quartiers » sont signées avec l’Etat et des équipes constituées d’un chef de projet et d’agents de développement sont mis en place pour assurer le pilotage des procédures. Finançant la mise en place de ces équipes projet, la Communauté Urbaine participe également aux actions de démolition et de réhabilitation des immeubles, de requalification des espaces publics et de création d’équipements au travers de ses compétences d’aménageur.



Récit en images des débuts de la politique de ville

Conception, réalisation et images : Vartan Ohanian






Les bailleurs sociaux tirent la sonnette d’alarme

Jean-François RAJON : Directeur général de Logirel (bailleur HLM privé) de 1978 à 2002






La prise de conscience des élus d’agglomération

Bruno VOISIN : Assistant d’études au sein de différents bureaux d’études en sociologie urbaine dans l’agglomération lyonnaise de 1972 à 1979 – entre à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise en 1980 – chargé d’opération Habitat et Vie Sociale (HVS) pour le quartier des Minguettes à Vénissieux jusqu’en 1984 – chargé d’études sur les diagnostics Développement Social Urbain (DSQ) des grands quartiers sociaux de l’agglomération jusqu’en 1989 – chef de projet Développement Social Urbain sur le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1994 – chargé de mission sur les questions de politique de la ville et de l’habitat, d’usages des espaces publics à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise





Christine SERVILLAT : Entre à la Communauté Urbain en 1985 – Chef de projet DSQ pour les quartiers de la Duchère, Mermoz et des Etats-Unis à Lyon jusqu’en 1989 – Chef de projet DSU pour le quartier des Pentes de la Croix-Rousse à Lyon jusqu’en 1991 – Urbaniste territorial sur le secteur Val de Saône jusqu’en jusqu’en 1996 et de 1997 à 2000 – Responsable de la mission Vaise jusqu’en 1997 – Responsable du secteur Nord à la mission coordination territoriale






Un dispositif d’action précurseur : le dossier d’agglomération

Bruno VOISIN : Assistant d’études au sein de différents bureaux d’études en sociologie urbaine dans l’agglomération lyonnaise de 1972 à 1979 – entre à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise en 1980 – chargé d’opération Habitat et Vie Sociale (HVS) pour le quartier des Minguettes à Vénissieux jusqu’en 1984 – chargé d’études sur les diagnostics Développement Social Urbain (DSQ) des grands quartiers sociaux de l’agglomération jusqu’en 1989 – chef de projet Développement Social Urbain sur le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1994 – chargé de mission sur les questions de politique de la ville et de l’habitat, d’usages des espaces publics à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise






La mise en place d’équipes projet DSQ dans les quartiers

Bruno VOISIN : Assistant d’études au sein de différents bureaux d’études en sociologie urbaine dans l’agglomération lyonnaise de 1972 à 1979 – entre à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise en 1980 – chargé d’opération Habitat et Vie Sociale (HVS) pour le quartier des Minguettes à Vénissieux jusqu’en 1984 – chargé d’études sur les diagnostics Développement Social Urbain (DSQ) des grands quartiers sociaux de l’agglomération jusqu’en 1989 – chef de projet Développement Social Urbain sur le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1994 – chargé de mission sur les questions de politique de la ville et de l’habitat, d’usages des espaces publics à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise





Christine SERVILLAT : Entre à la Communauté Urbain en 1985 – Chef de projet DSQ pour les quartiers de la Duchère, Mermoz et des Etats-Unis à Lyon jusqu’en 1989 – Chef de projet DSU pour le quartier des Pentes de la Croix-Rousse à Lyon jusqu’en 1991 – Urbaniste territorial sur le secteur Val de Saône jusqu’en jusqu’en 1996 et de 1997 à 2000 – Responsable de la mission Vaise jusqu’en 1997 – Responsable du secteur Nord à la mission coordination territoriale






Un bilan de l’action des années 1980

Bruno VOISIN : Assistant d’études au sein de différents bureaux d’études en sociologie urbaine dans l’agglomération lyonnaise de 1972 à 1979 – entre à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise en 1980 – chargé d’opération Habitat et Vie Sociale (HVS) pour le quartier des Minguettes à Vénissieux jusqu’en 1984 – chargé d’études sur les diagnostics Développement Social Urbain (DSQ) des grands quartiers sociaux de l’agglomération jusqu’en 1989 – chef de projet Développement Social Urbain sur le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1994 – chargé de mission sur les questions de politique de la ville et de l’habitat, d’usages des espaces publics à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise





Jean-Pierre CHARBONNEAU : Chef de Projet des Minguettes de 1987 à 1989 – Conseiller technique d’Henry Chabert, ancien Adjoint à l’urbanisme et Vice-Président de la Communauté Urbaine en charge de l’urbanisme de 1989 à 2001 (politique d’aménagement des espaces publics de l’agglomération, politique de développement des quartiers difficiles, montage d’opérations complexes (TC, lumière, festival des lumières) – Conseiller technique de Gilles Buna, Adjoint à l’urbanisme de Lyon, Vice-Président du Grand Lyon chargé de l’urbanisme depuis 2001 (Plan lumière, berges du Rhône, déplacements…)





Christine SERVILLAT : Entre à la Communauté Urbain en 1985 – Chef de projet DSQ pour les quartiers de la Duchère, Mermoz et des Etats-Unis à Lyon jusqu’en 1989 – Chef de projet DSU pour le quartier des Pentes de la Croix-Rousse à Lyon jusqu’en 1991 – Urbaniste territorial sur le secteur Val de Saône jusqu’en jusqu’en 1996 et de 1997 à 2000 – Responsable de la mission Vaise jusqu’en 1997 – Responsable du secteur Nord à la mission coordination territoriale



1983, la question de la répartition des familles en difficultés dans l’agglomération lyonnaise (3.39 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr



1983, état des lieux du quartier des Minguettes, entre espoir et désillusion (7.56 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr



1987, la rénovation des Minguettes est en marche (6.00 minutes)

retrouver ce média sur www.ina.fr


Laisser un commentaire