Au début des années 1980, l’Etat met en place des dispositifs d’actions novateurs pour les quartiers en difficulté



Publié dans l'épisode n°10 - Les politiques de la ville et de l'habitat le Jeudi 10 juin 2010.

photo

Boulevard des Etats-Unis à Lyon en 1981 (© Agence d'urbanisme - Lyon)

Dès 1977, l’Etat lance le programme Habitat et Vie Sociale (HVS) en lien avec les communes et les organismes HLM concernés pour apporter une réponse aux défauts les plus évidents de ces quartiers de grands ensembles : amélioration de la qualité du cadre bâti, du confort des logements, aménagement des espaces extérieurs, implantation d’équipements collectifs et animation sociale. D’emblée, la démarche HVS pointe la double nécessité de« traiter les lieux » et d’« accompagner les habitants ». Mais ce sont les évènements des Minguettes de 1981 qui vont être le déclencheur de la mise en place d’une politique d’aide aux quartiers en difficulté bien plus volontariste et territorialisée.

Devant la gravité et la complexité du problème, l’Etat est conduit à repenser en profondeur son intervention dans l’espace urbain. Conduisant jusqu’alors des politiques nationales plutôt indépendamment les unes des autres et sans vraiment prendre en compte les contextes particuliers de leur application, l’Etat va désormais considérer les problématiques propres à ces grands quartiers d’habitat social et décider de réponses spécifiques en adoptant une approche globale et transversale. De plus, l’Etat va non seulement solliciter les collectivités locales, mais aussi placer ces nouvelles politiques d’intervention publiques directement sous l’autorité des Maires et ce à travers des conventions contractuelles pluriannuelles.

Révolutionnaires à l’époque, ces nouveaux principes d’action vont se concrétiser par l’expérimentation de plusieurs dispositifs complémentaires qui seront rassemblés derrière le vocable « politique de la ville » à la fin des années 1980 : les procédures Développement Social des Quartiers en 1981, les Zones d’Education Prioritaire, les missions locales et les conseils communaux et départementaux de prévention de la délinquance en 1982, la mission Banlieues 89 en 1983. Ces différents dispositifs dessinent un faisceau d’actions portant aussi bien sur la rénovation du bâti, la mobilisation des habitants, l’accompagnement des établissements scolaires, l’insertion professionnelle des jeunes, la prévention de la délinquance, le désenclavement des quartiers dans la ville.





Bruno VOISIN : Assistant d’études au sein de différents bureaux d’études en sociologie urbaine dans l’agglomération lyonnaise de 1972 à 1979 – entre à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise en 1980 – chargé d’opération Habitat et Vie Sociale (HVS) pour le quartier des Minguettes à Vénissieux jusqu’en 1984 – chargé d’études sur les diagnostics Développement Social Urbain (DSQ) des grands quartiers sociaux de l’agglomération jusqu’en 1989 – chef de projet Développement Social Urbain sur le quartier de la Duchère à Lyon jusqu’en 1994 – chargé de mission sur les questions de politique de la ville et de l’habitat, d’usages des espaces publics à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise



1982-1983, comment aider les jeunes à “s’en sortir”?

retrouver ce média sur www.ina.fr



retrouver ce média sur www.ina.fr


Laisser un commentaire