Au tournant des années 1990, l’« espace public » devient l’objet de toutes les attentions des politiques d’urbanisme communautaires



Publié dans l'épisode n°9 - Les politiques d’aménagement urbain le Jeudi 8 avril 2010.
photo

La place des Célestins, un symbole de la qualité des espaces publics lyonnais (© Agence d'urbanisme - Lyon)

A la fin des années 1980, le centre de l’agglomération a retrouvé le chemin de la croissance démographique et du dynamisme commercial, il est sauvé. Pour autant, les efforts de revalorisation urbaine dont il a fait l’objet ne vont pas disparaitre, bien au contraire. Ils vont prendre une dimension nouvelle avec l’émergence de la notion d’espace public. Celle-ci exprime alors la prise de conscience par les professionnels de la ville que la rue et les espaces urbains ouverts non privatifs jouent un rôle symbolique et social décisif dans la vie citadine et constituent en quelque sorte l’essence même de l’urbanité. Or, on constate au même moment que l’espace public a été largement délaissé par les élus et les aménageurs au cours des décennies précédentes. L’urbanisme moderne, occupé à construire des objets « fonctionnels » et « célibataires » ne s’y était guère intéressé, sinon pour ménager dans la ville une place croissante à la voiture.

Peu à peu s’impose l’idée qu’il est grand temps pour la puissance publique de réinvestir l’espace public et de renouer avec la tradition de l’embellissement développée à Paris au 19ème siècle sous Haussmann puis au début du 20ème siècle, autour d’ingénieurs et d’architectes qui ont poussé très loin l’art d’aménager jardins, promenades, squares et voiries. Ces réflexions vont irriguer les services des villes et influencer les élus locaux dans le courant des années 1980, d’autant qu’elles entrent en résonance avec l’expérience d’une ville qui attire alors tous les regards pour sa politique d’aménagement urbain : Barcelone. Henry Chabert, adjoint à l’urbanisme de Michel Noir, est l’un des premiers à s’en emparer en France. Il va faire de la reconquête et de la requalification des espaces publics de l’agglomération lyonnaise l’un de ses principaux chevaux de bataille, tout au long de son double mandat de vice-président du Grand Lyon et d’adjoint au Maire de Lyon. L’enjeu consiste à offrir un environnement urbain de qualité sur l’ensemble de l’agglomération de façon à contribuer au rayonnement métropolitain de Lyon, exprimer la solidarité entre les habitants du centre et de la périphérie, à vivifier le sentiment d’appartenance au territoire.

En quelques années, cette politique devient une référence nationale voire européenne par la qualité de ses nombreuses réalisations (rue de la République, place des Terreaux, place des Célestins, etc.) mais également par la méthode de travail mise en place pour atteindre ce résultat : création d’une maitrise d’ouvrage avec le Service Espace Public en 1990, définition du vocabulaire urbain en 1994, sollicitation de concepteurs extérieurs, etc.



L’origine de la politique des espaces publics

Jean-Pierre CHARBONNEAU : Chef de Projet des Minguettes de 1987 à 1989 – Conseiller technique d’Henry Chabert, ancien Adjoint à l’urbanisme et Vice-Président de la Communauté Urbaine en charge de l’urbanisme de 1989 à 2001 (politique d’aménagement des espaces publics de l’agglomération, politique de développement des quartiers difficiles, montage d’opérations complexes (TC, lumière, festival des lumières) – Conseiller technique de Gilles Buna, Adjoint à l’urbanisme de Lyon, Vice-Président du Grand Lyon chargé de l’urbanisme depuis 2001 (Plan lumière, berges du Rhône, déplacements…)





Henry CHABERT : Conseil municipal de Lyon et conseiller communautaire de 1983 à 1989 en charge du développement social des quartiers – Adjoint au maire de Lyon et vice-président à la Communauté Urbaine en charge de l’aménagement et du développement urbain de 1989 à 2001 – Président de l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise de 1995 à 2001





Michel NOIR : Conseiller municipal de Lyon de 1977 à 1983 – Adjoint au maire de Lyon et vice-président de la Communauté Urbaine en charge des affaires économiques de 1983 à 1989 – Maire de Lyon et président de la Communauté Urbaine de 1989 à 1995





Bruno DUMETIER : participe à différents projets d’architecture sur l’agglomération lyonnaise dans les années 1980 et 1990 (réhabilitions de logements sociaux, université, immeubles de bureaux, bâtiments publics, etc.) – Architecte Conseil auprès de la communauté urbaine de Lyon pour le secteur du Franc Lyonnais (10 communes) de 1993 à 2003 – Membre du conseil d’administration du CAUE du Rhône depuis 1996 – Membre de la commission départementale des sites, perspectives et paysage du département du Rhône depuis 1999 – Architecte-Urbaniste en Chef du « Carré de Soie » à Villeurbanne et Vaulx-en-Velin - Directeur de l’agence d’architecture Dumetier Design (Lyon)





François BREGNAC : Chargé d’études à l’Agence d’urbanisme de Lyon de 1979 à 1990 – Responsable du département Environnement et projet urbain de 1990 à 1996 – Directeur scientifique en 1996 – Directeur général de 1997 à 2001 – Directeur général adjoint depuis 2001



La mise en place d’une méthode de travail ad hoc

Henry CHABERT : Conseil municipal de Lyon et conseiller communautaire de 1983 à 1989 en charge du développement social des quartiers – Adjoint au maire de Lyon et vice-président à la Communauté Urbaine en charge de l’aménagement et du développement urbain de 1989 à 2001 – Président de l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise de 1995 à 2001





Jean-Pierre CHARBONNEAU : Chef de Projet des Minguettes de 1987 à 1989 – Conseiller technique d’Henry Chabert, ancien Adjoint à l’urbanisme et Vice-Président de la Communauté Urbaine en charge de l’urbanisme de 1989 à 2001 (politique d’aménagement des espaces publics de l’agglomération, politique de développement des quartiers difficiles, montage d’opérations complexes (TC, lumière, festival des lumières) – Conseiller technique de Gilles Buna, Adjoint à l’urbanisme de Lyon, Vice-Président du Grand Lyon chargé de l’urbanisme depuis 2001 (Plan lumière, berges du Rhône, déplacements…)



L’implication d’Henry Chabert

Bruno DUMETIER : participe à différents projets d’architecture sur l’agglomération lyonnaise dans les années 1980 et 1990 (réhabilitions de logements sociaux, université, immeubles de bureaux, bâtiments publics, etc.) – Architecte Conseil auprès de la communauté urbaine de Lyon pour le secteur du Franc Lyonnais (10 communes) de 1993 à 2003 – Membre du conseil d’administration du CAUE du Rhône depuis 1996 – Membre de la commission départementale des sites, perspectives et paysage du département du Rhône depuis 1999 – Architecte-Urbaniste en Chef du « Carré de Soie » à Villeurbanne et Vaulx-en-Velin - Directeur de l’agence d’architecture Dumetier Design (Lyon)





François BREGNAC : Chargé d’études à l’Agence d’urbanisme de Lyon de 1979 à 1990 – Responsable du département Environnement et projet urbain de 1990 à 1996 – Directeur scientifique en 1996 – Directeur général de 1997 à 2001 – Directeur général adjoint depuis 2001



Des réalisations remarquables et remarquées

Jean-Pierre CHARBONNEAU : Chef de Projet des Minguettes de 1987 à 1989 – Conseiller technique d’Henry Chabert, ancien Adjoint à l’urbanisme et Vice-Président de la Communauté Urbaine en charge de l’urbanisme de 1989 à 2001 (politique d’aménagement des espaces publics de l’agglomération, politique de développement des quartiers difficiles, montage d’opérations complexes (TC, lumière, festival des lumières) – Conseiller technique de Gilles Buna, Adjoint à l’urbanisme de Lyon, Vice-Président du Grand Lyon chargé de l’urbanisme depuis 2001 (Plan lumière, berges du Rhône, déplacements…)





Henry CHABERT : Conseil municipal de Lyon et conseiller communautaire de 1983 à 1989 en charge du développement social des quartiers – Adjoint au maire de Lyon et vice-président à la Communauté Urbaine en charge de l’aménagement et du développement urbain de 1989 à 2001 – Président de l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise de 1995 à 2001





Bruno DUMETIER : participe à différents projets d’architecture sur l’agglomération lyonnaise dans les années 1980 et 1990 (réhabilitions de logements sociaux, université, immeubles de bureaux, bâtiments publics, etc.) – Architecte Conseil auprès de la communauté urbaine de Lyon pour le secteur du Franc Lyonnais (10 communes) de 1993 à 2003 – Membre du conseil d’administration du CAUE du Rhône depuis 1996 – Membre de la commission départementale des sites, perspectives et paysage du département du Rhône depuis 1999 – Architecte-Urbaniste en Chef du « Carré de Soie » à Villeurbanne et Vaulx-en-Velin - Directeur de l’agence d’architecture Dumetier Design (Lyon)



La politique des espaces publics aujourd’hui et demain

Annie TARDIVON : Conceptrice de plusieurs réalisations architecturales et paysagères d’envergure sur l’agglomération lyonnaise (Berges du Rhône, jardin du Fort Saint Jean, place du 8 mai 1945 et jardin des Charmettes à Lyon, Place Lazare Goujon à Villeurbanne, etc.) – Directrice de l’agence d’architecture et de paysage In Situ (Lyon)





Jean-Pierre CHARBONNEAU : Chef de Projet des Minguettes de 1987 à 1989 – Conseiller technique d’Henry Chabert, ancien Adjoint à l’urbanisme et Vice-Président de la Communauté Urbaine en charge de l’urbanisme de 1989 à 2001 (politique d’aménagement des espaces publics de l’agglomération, politique de développement des quartiers difficiles, montage d’opérations complexes (TC, lumière, festival des lumières) – Conseiller technique de Gilles Buna, Adjoint à l’urbanisme de Lyon, Vice-Président du Grand Lyon chargé de l’urbanisme depuis 2001 (Plan lumière, berges du Rhône, déplacements…)





Henry CHABERT : Conseil municipal de Lyon et conseiller communautaire de 1983 à 1989 en charge du développement social des quartiers – Adjoint au maire de Lyon et vice-président à la Communauté Urbaine en charge de l’aménagement et du développement urbain de 1989 à 2001 – Président de l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise de 1995 à 2001





Michel RIVOIRE : Ingénieur-Urbaniste de l’Etat de 1971 à 1981 (Centre d’Etudes Techniques de l’Etat de l’Isle d’Abeau, Service d’études et d’aménagement de la montagne à Chambéry, direction de l’équipement de l’Ain, Service de l’urbanisme à Paris) – Responsable des opérations d’urbanisme (régie directe et opérations conventionnées) à la Communauté Urbaine de Lyon de 1981 à 1984 – Directeur du Département Développement de 1984 à 1989 – crée et prend la direction de l’Agence régionale d’aménagement et de développement (TRACES) du Conseil Régional Rhône-Alpes de 1989 à 1994 – crée et prend la direction du GIP Transalpes chargé des premières études du TGV Lyon-Turin de 1994 à 2001 – Directeur du technopôle Savoie-Technolac de Chambéry de 2001 à 2002



Laisser un commentaire