Le Carré de Soie (2001-) : un germe pour le développement de l’Est de l’agglomération



Publié dans l'épisode n°7 - Les grands projets urbains le Lundi 28 décembre 2009.

Situé aux portes de Lyon, le Carré de Soie est un vaste territoire de 500 hectares situé à cheval sur les communes de Vaulx-en-Velin et Villeurbanne. Plusieurs éléments lui donnent un caractère particulier. Son important passé industriel tout d’abord, avec la construction du Chemin de Fer de l’Est Lyonnais, du Canal de Jonage et de l’usine hydroélectrique de Cusset qui accélèrent l’industrialisation de l’Est de l’agglomération. Ainsi, en 1924, l’industriel Edmond Gillet implante une usine de soie artificielle au Carré de Soie (la SASE, qui deviendra la TASE) autour de laquelle il édifie une véritable cité industrielle pour accueillir les ouvriers et leurs familles. Étendue sur 20 hectares et devenue Rhône-Poulenc Textile, cette usine fermera définitivement ses portes en 1980. Le Carré de Soie se caractérise également par la proximité immédiate du parc de Miribel-Jonage, dont la création est décidée en 1968. Enfin, le site accueille un équipement rare, l’hippodrome de Villeurbanne construit en 1900.

La reconquête de ce site d’envergure va commencer en 1999 par un projet d’implantation d’un multiplexe cinématographique impulsé par le Grand Lyon. Mais c’est finalement un véritable projet urbain qui sera envisagé avec l’arrivée de Gérard Collomb à la présidence de la Communauté Urbaine. En 2001, le SYTRAL et les collectivités locales décident de réutiliser l’infrastructure du Chemin de Fer de l’Est lyonnais pour réaliser deux lignes de tramway (Lea T3 et Leslys), l’une reliant La Part-Dieu à Meyzieu, l’autre la Part-Dieu à l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Complétée par le prolongement de la ligne A du métro, la connexion du site avec le centre de l’agglomération constitue le véritable point de départ du projet. En 2002, le Grand Lyon organise un workshop avec plusieurs architectes et paysagistes pour clarifier les enjeux d’aménagement et pour concevoir un projet global sur les 500 ha du site. Plusieurs objectifs généraux sont proposés, dont la nécessité de conserver l’hippodrome et la création d’une « coulée verte » Nord/Sud structurant l’ensemble du territoire.

Le projet va alors avancer rapidement : novembre 2002, lancement d’une consultation d’opérateurs pour le pôle de loisirs et de commerces ; 2004, désignation par le Grand Lyon d’un urbaniste en chef, Bruno Dumetier, en charge d’établir le projet urbain pour l’ensemble du « Carré de Soie ». En 2005, les principes fondateurs du projet urbain du Carré de Soie sont adoptés. Ils proposent « une nouvelle façon de vivre la ville, à travers le concept du Parc habité ». Les travaux du pôle commercial et de loisirs et de la rénovation de l’hippodrome démarrent en 2007 et prennent fin en 2009.

Le projet Carré de Soie présente un enjeu fondamental de régénération de la 1ère couronne Est de l’agglomération, un territoire soumis jusqu’ici par des opérations d’urbanisme quelque peu « traumatisantes » : ZUP, grandes infrastructures routières, zones industrielles… Il s’agit en quelque sorte de planter un germe dont le développement va irriguer les territoires alentours. Ce faisant, le projet doit également permettre de préserver et de valoriser une histoire industrielle qui est au cœur de l’identité de la région lyonnaise.



L’histoire du site

Bruno DUMETIER : participe à différents projets d’architecture sur l’agglomération lyonnaise dans les années 1980 et 1990 (réhabilitions de logements sociaux, université, immeubles de bureaux, bâtiments publics, etc.) – Architecte Conseil auprès de la communauté urbaine de Lyon pour le secteur du Franc Lyonnais (10 communes) de 1993 à 2003 – Membre du conseil d’administration du CAUE du Rhône depuis 1996 – Membre de la commission départementale des sites, perspectives et paysage du département du Rhône depuis 1999 – Architecte-Urbaniste en Chef du « Carré de Soie » à Villeurbanne et Vaulx-en-Velin - Directeur de l’agence d’architecture Dumetier Design (Lyon)



Les objectifs et le déclenchement du projet

François BREGNAC : Chargé d’études à l’Agence d’urbanisme de Lyon de 1979 à 1990 – Responsable du département Environnement et projet urbain de 1990 à 1996 – Directeur scientifique en 1996 – Directeur général de 1997 à 2001 – Directeur général adjoint depuis 2001





Bruno DUMETIER : participe à différents projets d’architecture sur l’agglomération lyonnaise dans les années 1980 et 1990 (réhabilitions de logements sociaux, université, immeubles de bureaux, bâtiments publics, etc.) – Architecte Conseil auprès de la communauté urbaine de Lyon pour le secteur du Franc Lyonnais (10 communes) de 1993 à 2003 – Membre du conseil d’administration du CAUE du Rhône depuis 1996 – Membre de la commission départementale des sites, perspectives et paysage du département du Rhône depuis 1999 – Architecte-Urbaniste en Chef du « Carré de Soie » à Villeurbanne et Vaulx-en-Velin - Directeur de l’agence d’architecture Dumetier Design (Lyon)



Le parti-pris urbanistique et les difficultés opérationnelles




Laisser un commentaire